Ironman Lanzarote 2018

Pour vous parler de mon Ironman à Lanzarote, il faut remonter une année en arrière, lorsque je me suis rendu sur cette île pour la première fois…

Mai 2017 ; je débarque sur cette île volcanique aride, balayée par un vent fort et constant, sous un soleil de plomb alors que les conditions sont encore hivernales en Suisse. Cela fait des mois qu’on m’avertit : ce triathlon est l’un des plus rudes et les conditions y sont dantesques. Je me sens intimidé au milieu de cet environnement qui me semble si hostile…

La course sera à l’image de mes sensations, timide. J’ai l’impression que l’île a drainé toute mon énergie.

Je rentrerai en suisse déçu, mais revanchard et enrichi de plusieurs leçons.
« On ne perds jamais. Soit on gagne, soit on apprend. »

Et nous revoilà en 2018. Bonne préparation hivernale, je me sens bien et j’ai eu la chance de pouvoir me tester sur une première course en Espagne 1 mois auparavant. J’ai fait le déplacement sur l’île un peu plus tôt pour me donner le temps de l’apprivoiser. Dès mon arrivée, je constate avec plaisir que les sensations n’ont rien à voir avec l’année précédente. Le vent me parait moins fort, les paysages moins arides, le soleil plus clément et les oiseaux plus gais (😉).

Ces quelques jours supplémentaires me permettent de prendre mes marques, reconnaître le parcours et les sensations sont bonnes.

Je me présente au départ le couteau entre les dents, confiant, et la course sera un véritable plaisir.

La natation à Lanzarote est épique, avec un départ massif de près de 2000 athlètes (pros, amateurs, hommes et femmes confondus) s’élançant depuis la plage. Une vraie bataille dont je ressors en 1h : un bon temps pour moi, qui me permet de prendre la route dans une bonne dynamique, pas trop loin de la tête.

 

Le vélo est un pur régal. Les jambes tournent toutes seules et écrasent les pédales selon ma volonté mouahaha (rire satanique). Le meilleur temps vélo des amateurs, 8ème temps en comptant les professionnels, me permet de me replacer aux avant-postes à l’entame de la course à pied.

Comme je vous le disait plus haut, on est partis en même temps que les pros et c’est un sentiment grisant que d’arriver à la zone de transition et de voir que la tête de la course n’en est qu’au 3ème km du marathon 😊

La bataille contre moi-même le long du littoral sera rude, et je réussis mon meilleur temps de la discipline.

Ce ne sera pas suffisant pour résister au retour de concurrents très costauds et je termine finalement 4ème de la catégorie, 5ème amateur et 17ème en comptant les professionnels.
Cela représente mon meilleur résultat sur Ironman et je suis très satisfait malgré la déception de la médaille en chocolat.

J’ai réussi à terminer sous les minimas de la fédération suisse de triathlon pour l’obtention d’une licence professionnelle et cela prouve que je suis sur la bonne voie et que vous aurez encore quelques récits à lire 😉

1 réaction sur “ Ironman Lanzarote 2018 ”

  1. Tristan Réponse

    Wow, what a race! Congrats Arnaud! You proved once again that you belong among the top long-distance triathletes in the world. Your performance on the bike was simply astonishing and is a testament of your determination and training.
    Keep up the hard work and good luck on the road to Kona!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*